Présentation du projet

Le projet Papuan Past porte sur l’étude des modalités de peuplement et d’adaptation des populations – évolution biologiques, culturelles, et techniques – au cours des cinquante derniers millénaires en Papouasie Nouvelle Guinée. Les approches archéologiques et génomiques sont associées pour atteindre cet objectif. Ce projet est mené en collaboration étroite avec l’Université de Papouasie Nouvelle Guinée).

Carte topographique (plâtre peint) de Papouasie Nouvelle-Guinée, explosée dans les locaux de laboratoire d’archéologie de l’UPNG (V. Celiberti 2017).

Les missions se déroulent dans deux régions de la Papouasie Nouvelle Guinée : la plaine fluviale du Sepik et les Hautes-Terres d’altitude. Ces régions présentent des environnements physiques et culturels différents.

Carte de  la Nouvelle-Guinée et localisation des deux zones d’investigation : la plaine alluviale du Sépik (point jaune) et les Hautes-terres (point rouge). Cliquer pour agrandir.
  •  La plaine fluviale de la région Sepik (province d’Est-Sepik) se situe dans la région karstique de la partie supérieure du fleuve Karawari, également nommée « Sepik moyen ». Une série d’abris et de grottes karstiques s’étirent sur plus de 80 km dans cette zone de transition entre les Hautes-terres et la plaine fluviale.
  • La région des Hautes-Terres (province de Chimbu, de Jiwaka, et des Haute-Terres Occidentales), dans la vallée de la Waghi et les vallées adjacentes (vallée de Wurup), est la région où les plus anciennes traces d’agriculture-horticulture (datées d’environ dix mille ans) ont été retrouvées. À cette région s’ajoute celle du Mont Wilhelm, qui culmine à 4500 mètres d’altitude.
La vallée Wurup, à 9 km de Mount Hagen (Province des Hautes-terres occidentales) : orientée nord-sud, cette vallée rejoint au nord la vallée Wahgi (H. Forestier 2017)

L’enjeu du projet est d’étudier l’origine et l’évolution du peuplement et de l’adaptation humaine dans cette région sur le temps long, de la fin du Pléistocène à l’époque actuelle.

Nous cherchons à cerner ces populations à  partir d’ensembles de restes archéologiques, de marqueurs de changements culturels/techniques, et de marqueurs biologiques. Quels peuvent être les rapports entre ces différents éléments sur l’histoire des groupes humains dans cette région ? Peut-on identifier des changements et les associer à des effets de pressions, tels qu’environnementaux, démographiques, ou culturels ?

Ce projet a conduit à un renforcement du partenariat scientifique entre la France et la Papouasie Nouvelle-Guinée, tant sur le terrain que pour les analyses post-fouille. La collaboration implique désormais trois partenaires scientifiques de Papouasie Nouvelle Guinée (Université de Papouasie Nouvelle Guinée, Muséum National de Papouasie Nouvelle Guinée, Institut de Recherche Médicale de Papouasie Nouvelle Guinée) et six partenaires internationaux.

L’équipe de recherche de terrain, internationale, est composée de quatre archéologues, un anthropologue, deux anthropo-biologistes, et de divers spécialistes intervenant ponctuellement. Lors des campagnes de terrain – qui se déroulent chaque année au printemps – cinq à quinze personnes recrutées localement complètent cette équipe.

La plaine du Sepik avec, au loin au nord, les lacs Yimas et la région de la haute Arafundi au pied des Hautes-terres (F.-X. Ricaut 2017)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.